Pour l'amour de Jérusalem

Publié le 28 Décembre 2012

Pour l'amour de Jérusalem

Passionnant documentaire de près de deux heures.
Nous y apprenons, entre autre, la destruction du quartier qui était face au mur des "lamentations" en visitant la boutique d'un photographe.
Anecdote amusante, ce sont les musulmans qui détiennent les clefs de la basilique du St Sépulcre depuis 800 ans et qui jouent les arbitres entre les différents schismes chrétiens. Cela résoud bien des soucis entre les protagonistes.
Nous voyons aussi l'emprise de l'état israélien sur les déroulements des festivités chrétiennes avec ces checks points si contraignants et sans réelle utilité.
Deux emplacements de la nativité. Adorés au même tire l'un que l'autre. Que dire? Au delà d'une pratique sujette à caution, c'est l'incertitude autour du lieu de naissance de Jésus qui revient en lumière.
Nous admirons le joyaux qu'est le dôme du Rocher, trônant majestueusement au milieu de la ville. Construit en l'an 72 (72 est le nombre des chrétiens) de l'Hégire (692), le dôme, chacun le comprend, est véritablement le nouveau temple promis à Israël. Depuis la reconquête de la ville en 1187, le dôme n'a pas cessé d'appartenir à l'Islam. et ce, même encore depuis l'occupation illégale (au regard du Créateur) de 1948.
Il est dommage que les journalistes ne se soient pas un peu plus documentés sur la fin des temps, ils mentionnent juste le Yawmi din (jour du jugement) de manière un peu flou et nous voyons bien qu'ils manquent d'une vision globale sur le monothéisme. Ils auraient pu faire le lien entre les trois temps du monothéisme et expliquer la convergence des prophéties, des prophètes attendus et des espoirs en la vie future de chaque communauté.
Le titre est parfait: amour et Jérusalem accolés. L'amour c'est la vie, c'est aussi le lien central entre les trois temps de la naissance (Torah), vie (Evangiles) et mort (Coran).
La Yéroushalaim céleste est véritablement la paix dans les cœurs de tout homme sur cette terre. Quant à la ville physique, nul ne peut imaginer ce symbole de paix scindé en deux par un mur. Mais comment peut on avoir l'idée même de construire pareille horreur quand on sait ce que représente cet endroit? Rien que la présence de tant de militaires en arme, à elle seule, démontre la volonté réelle de perturber l’influence bénéfique des lieux. Une volonté satanique, disons les mots.

Lors de mon précédent post, je rendais au mur des lamentations sa réelle signification, à savoir qu'il s'agit uniquement d'un mur de renfort de l'esplanade. Il n'a jamais appartenu à un temple, il n'a rien de saint. Imaginons un instant un groupe d'individus qui se prétendent les descendants d'un peuple qui aurait été élu par Dieu, pour résider sur une terre qui serait la plus sainte au monde et qui étant maintenu à l'écart de l'esplanade si convoitée, se lamenterait contre ce mur. Si le mensonge transmis et amplifié au travers des siècles n'était pas si gros et ne représentait pas autant pour tant de gens qui sont dans la foi, cela pourrait en être risible, mais malheureusement tout cela montre à quel point les hommes peuvent s'obstiner dans la division.

Il est vraiment temps de mettre un terme à ces égarements et que chacun puisse panser ses plaies spirituelles. Les écrits se révèleront sour leurs vrais jours. Les Paraboles seront décryptées.
Plus de lamentations, place aux réjouissances!

http://pluzz.francetv.fr/videos/pour_l_amour_de_jerusalem.html

Rédigé par Stephan Pain

Commenter cet article